À LA UNE

Téléchargez GRATUITEMENT Up To Town.

« It’s a way to lighten some luggage.
Longer is the road, the heavier is a soul.
Time seems to carry ghosts like the wind sometimes carries far away sounds
and the town seems to open its eyes when the lights come out.

You don’t have to take a freight train to start hoboin’
You don’t have to get off your hands of the wheel to start feeling’.

See those city lights like filthy eyes,
See those heights, lies, see those melting tires
The road lies before us as it lied behind,
as we got straight to town.
And if you ask,
It sure made us blind. »
____________________________________________________________________________

« C’est un moyen d’alléger certains bagages.
Plus longue est la route, plus l’âme pèse.
Le temps semble parfois porter des fantômes, comme le vent porte parfois de lointains bruits.
La ville, quant à elle, semble ouvrir les yeux lorsque tombe la nuit.

On a pas besoin de monter dans un train pour voyager,
On a pas besoin de lâcher le volant pour ressentir.

Vois les lumières de la ville comme d’obscènes yeux,
vois ces hauteurs, ces mensonges et la chaleur des pneus.
La route s’étend devant nous comme derrière nous elle s’étendait
lorsque nous nous dirigions vers la ville.
Et si tu demandes,
Bien-sûr, ça nous a aveuglés. »

Les hommes importent peu.

Seule l’histoire qu’ils racontent mérite d’être entendue.

Mais si vous êtes curieux, que vous aimez sonder les âmes derrière les mots et les chairs  derrière le cuir, sachez que la musique de Blackbird Hill, pour qui sait voir les signes, lève le voile sur ceux qui la font.

Il y a d’abord une terre rugueuse, bordant un fleuve lourd, qui est aussi un son.  Il coule, lancinant, et vient heurter de ses flancs une ville éclatante aux marges décaties, dans le fracas d’une saturation électrique. Ces espaces parcourus en parallèle ont marqué, tels des cicatrices, les deux musiciens : les rencontres crépusculaires, les délires et les fièvres, la poussière et le temps.  Voici l’étoffe dont sont faits leurs récits, et dont ils sont aussi faits. Au cœur des brumes moites, vivants linceuls flottant sur les rives, vous suivrez les échos de leurs instruments.  Puis vous les écouterez, sur le seuil de cabanes perdues, vous chanter des histoires qui, d’usage, se chuchotent un œil par-dessus l’épaule, de peur que le diable ne vienne vous prendre. Dans leurs voix, cette nature à la beauté redoutable devient alors le théâtre des Hommes qui y ont amené la véritable sauvagerie. Celle qui naît du mal, pas de la survie.

Leurs deux chants s’accordent à l’étrange duel entre guitare et batterie, délivrant des compositions aux accents incantatoires. C’est sur scène, qu’ils délivrent l’énergie qui fait la matière même de leur musique. Le public devient alors, le temps d’une transe sonore, le témoin de paysages fantasmés et de vies vécues. (Scènes : Krakatoa, Barbey. Festivals : Off du Blues Passion, Ouvre la Voix, Ocean Climax, Les Campulsations, Jalles House Rock…. Tournées : France Ouest, Nord, Belgique).

Men do not matter.

It is the story they recount that is worthy of a listen.

However, if you are keen on getting a glimpse of their souls behind the words and their flesh behind the leather, know that for those who can read signs, the music of Blackbird Hill lifts the veil on its creators.

Imagine rough grounds bordering a large river and hear its sound. Haunting, it flows and, in a roar of electric saturation, its flanks collide into a dazzling city and its withering borders. Through twilight encounters, fever and frenzy, and dust and time, these realms wandered in parallel have left their mark, like scars, on the two musicians.

Here is the fabric from which their stories are made and they too are made.  Follow the echo of their musical instruments in the heart of muggy mists, like living shrouds floating on river banks.

Then, on the threshold of isolated log cabins, hear them sing stories usually whispered while looking over one’s shoulder for fear that the devil might come and get you.

In their voices, nature and its dangerous beauty transform into the theater of Man who brought real savagery — the one born not from survival but from evil. Then, for a moment in time unveiled by a sonorous trance, the public becomes a witness of their fantasized scenery and life stories. (Clubs : Krakatoa, Barbey ; Festivals : Off du Blues Passion, Ouvre la Voix, Ocean Climax, Les Campulsations, Jalles House Rock… On Tour : France & Belgium).

CONCERTS À VENIR

01 Jul 2016 Balkun Brothers Mont de Marsan, FR Le Café Music Le Café Music
02 Jul 2016 Coux-et-Bigaroque, FR Festival Les Bouffardises Festival Les Bouffardises
09 Jul 2016 Mano, Landes ( FR ) Festival Zik à Mano Festival Zik à Mano free
30 Jul 2016 Labouheyre, FR Festival Cinemagin'action Festival Cinemagin'action
05 Aug 2016 St Emilion
12 Aug 2016 Cernoy, Picardie ( FR ) Festival Celebration Days Festival Celebration Days
19 Aug 2016 Saillat-sur-Vienne, FR Festival Les Cheminées du Rock Festival Les Cheminées du Rock
09 Sep 2016 Montaigu, FR Le Zinor - Les Nuits à Facettes Le Zinor - Les Nuits à Facettes
07 Oct 2016 Blackbird Hill + Persepolis Bayonne, FR Le Magnéto Le Magnéto

CONCERTS PASSÉS

25 Jun 2016 w/ Golden Gasoline + New Age of a French Stone Cenon La Cocotte Electrique La Cocotte Electrique
21 Jun 2016 Au Pays des Matins Calmes / Tulsa Bruges, FR Fête de la Musique Fête de la Musique
18 Jun 2016 Merdrignac, Bretagne ( FR )
04 Jun 2016 St Macaire, FR La Belle Lurette La Belle Lurette
27 May 2016 St Magne, FR Festival Zik à Ripaille Festival Zik à Ripaille
26 May 2016 Scarecrow + Goayandi + Datcha Mandala + 7 Weeks + Du Plomb + Crazy Dolls and the Bollocks + A-Side B-Side.... Libourne, FR Festival Invasion de Lucanes Festival Invasion de Lucanes
14 May 2016 Belfort, FR FIMU FIMU
09 May 2016 St Maixent L'Ecole, Deux Sèvres ( FR ) Festi'Music Festi'Music
04 May 2016 Bordeaux, FR Rock School Barbey - Club Rock School Barbey - Club
16 Apr 2016 Planchez, Bourgogne ( FR ) La Grange du Crot La Grange du Crot

Contacts :

Blackbird Hill: blackbirdhill@outlook.com
Booking / Management: Ophélie Herraire: ophelie.herraire@gmail.com

Newsletter :